La cassure

Dans la vie de chacun, il y a des moments de joie, des moments de peine, des moments drôles, des moments qui le sont moins, des moments qui passent à leur rythme et des moments qu'on ne voit pas passer. Et à travers tout ça, il y a les cassures.
Les cassures, ce sont ces moments si forts qu'ils vous font littéralement changer de direction. Ils vous traversent, vous transpercent, vous lient ou vous délient à jamais de certaines choses. Vous apprenez beaucoup de ces cassures. Sur vous-même, sur les autres.
Les cassures, on ne les attend jamais. On ne veut pas les voir. Elles sont pourtant là, juste devant soi. Mais nous sommes aveugles, handicapés face à tant de sentiments. Sentiments souvent négatifs au demeurant.
Il y a des cassures toutes petites. Comme une pierre sur un sentier. De ces cassures, nous ne retenons pas grand chose.
Il y a des cassures moyennes, supportables. Une averse dans une journée ensoleillée.
Puis il y a la cassure. La vraie. La dure, la forte, la compliquée. Celle dont on ne peut entendre parler. Celle que l'on ne peut pas voir. Que l'on ne veut pas voir.
Cette cassure, c'est la marche ratée qui nous fait tomber dans l'escalier. C'est la plaque de verglas qui nous fait glisser, sans qu'on puisse se rattraper.
Cette cassure, c'est la plus dure. Mais la meilleure malgré tout. Celle que l'on retient, que l'on doit dépasser, surpasser, vaincre.
Même au fond du trou, on peut se relever.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire